EcoFoG

 

Graines et fruits

Données

Données par espèce.

Résumés

Sabatier (1983)

Thèse résumée dans la page sur la phénologie reproductive , dont c'est l'objet principal.
Cette thèse nous a permis de définir la classe de fruit de 308 espèces (annexe).

Loubry (1994)

Thèse résumée dans la page sur la phénologie végétative, dont c'est l'objet principal.
Nous avons pu intégrer l'annexe 5 (vol.2, p.53) de cette thèse dans ce groupe de tables : elle donne la liste des espèces anémochores ainsi que le type de graine anémochore.

Collinet (1997)

Voir les groupes de Collinet pour le résumé de la thèse.
Le tableau 5.2 (p.142) a fourni des renseignements sur la dissémination et le volume des graines de 35 espèces.

Baraloto (2001)

Voir les plantules pour le résumé de la thèse.
L'annexe A (p.272-281) donne un résumé des caractéristiques morphologiques et environnementales de certaines espèces d'arbres. Nous avons ainsi pu intégrer à la base des données le mode de dispersion des graines, leur poids, et leur distance de dispersion.

Forget (1988)

Une étude à long terme a été entreprise en 1984 sur la régénération naturelle de 8 espèces d'arbres en forêt de Guyane française. Ces espèces ont été choisies en fonction des modes de dissémination des diaspores : parmi les Caesalpiniaceae, Eperua falcata (autochorie), Eperua grandiflora (barochorie), Dicorynia guianensis (anémochorie), Vouacapoua americana (synzoochorie par les rongeurs), Swartzia longicarpa et S. remiger (synzoochorie par les chéiroptères) ; parmi les Myristicaceae, Virola michelii et Virola sp. nov. (endozoochorie par les mammifères arboricoles et les oiseaux). Pour les quatre premières espèces, la dispersion des graines et leur survie ont été analysées en fonction de la distance au pied porteur. Les structures démographiques en hauteur et la dynamique des populations de plantules et de stades juvéniles de toutes les espèces ont été étudiées autour des pieds porteurs sur des parcelles de forêt mature (2500 à 8100 m²), et dans des chablis ; elles ont été comparées à la répartition des arbres. Un continuum hypothétique de 8 modes de régénération est proposé, allant des espèces disséminées à faible distance, très tolérantes au sous-bois et montrant une répartition dense, aux espèces disséminées à de grandes distances, moins tolérantes à l'ombre et montrant une large répartition.

Le tableau 51 (p.222) est un résumé des données observées sur les espèces étudiées. Il nous a permis pour 9 espèces de donner des caractéristiques concernant les graines (poids, distance de dissémination, parasitisme.).


Visiteur anonyme

Envoyer un message
Dernière mise à jour le 28/02/2011