EcoFoG

 

Reproductive phenology

Data

Values by species

Summary

Loubry (1994)

See vegetative phenology for a summary of the thesis.

Data from the thesis are:

  • Cauliflore species (appendices, p. 51) from personnal observations by Loubry and a bibliographic synthesis (Sabatier, 1983 and Roosmalen, 1985).
  • Species phenograms with flowering and fructification camendars: then, the thesis was declared as the reference (appendices, p. 57-162).

Degen (1999)

The Dendrobase of project Dendrogene brought complimentary information. It is declared as the reference for some species (diameter required for flowering, flowering time), or to complete missing data, such as the sexual system.

Sabatier & Puig (1982)

Tout d’abord, l’article propose un modèle de floraison et de fructification pour les arbres d’une forêt humide de Guyane française. Floraison et fructification peuvent être : continues, discontinues, pluriannuelles et régulières ou irrégulières. La floraison est, en général, synchronisée au sein des individus d’une même espèce./p>

Dans un second temps, l’article analyse et discute les caractères de la saisonnalité, ses relations avec le type biologique et le type de dissémination. La floraison est à son maximum pendant la saison sèche (août novembre), la fructification au milieu de la saison des pluies (mars avril). En ce qui concerne la production de fruits, aucune différence de saisonnalité n’a été mise en évidence entre les espèces de la canopée et celles du sous-bois. Si l’on considère uniquement les arbres émergents, les espèces anémochores et encore plus les espèces autochores sont plus saisonnières dans leur production de fruit que les espèces zoochores.

Typologies of flowering/ fructification was introduced for some species.

Sabatier (1985)

La phénologie de la floraison et de la fructification d’arbres a été étudiée entre juin 1980 et fin mars 1982 dans une forêt primaire de Guyane française (Piste de Saint-Élie). Toutes les floraisons et les fructifications des arbres de plus de 2 cm de diamètre (à 1,30m) compris dans un layon de 1000 à 1500 mètres de long et de 1 m de large, ont été notées tous les 15 jours. Toutes les fleurs et tous les fruits ont également été collectés et pesés. Les résultats suivants ont été obtenus :

  • La fertilité est toujours faible, moins de 50% des arbres de plus de 45 cm de dbh ont fourni des fruits durant les deux années d’étude. En outre, la fertilité varie d’une année sur l’autre, étant plus forte la seconde année du cycle. De plus, certains arbres qui fleurissaient normalement n’ont pas donné de fruits.
  • Plus du tiers des espèces (entre 76 et 80% selon l’année) a fleuri durant la saison sèche et a donné des fruits pendant la saison humide (86 à 88%). Les graines de la plupart des espèces (56%) ont germé en moins d’un mois en condition expérimentale, et 22.2% en plus de 4 mois.
  • La saisonnalité de la reproduction est remarquable chez toutes les espèces de dicotylédones, quelque soit leur taille ou leur âge (de 2 à plus de 60 cm dbh). Cela est un peu moins marqué chez d’autres espèces, comme les épiphytes ou les lianes. La saisonnalité de la fructification est particulièrement marquée chez les fruits disséminés par les animaux, bien que certains soient produits tout au long de l’année. La saisonnalité est également marquée parmi les espèces anémochores et autochores.
  • Les facteurs biotiques jouent, sans doute, un rôle important dans la détermination des pics de fructification au sein des communautés.

Appendices (p. 313-320) introduce a list of species with their flowering time observed by the author.


Anonymous visitor

Envoyer un message
Last update on 2/28/2011