EcoFoG

 

Durabilité des bois

Données

Durabilité des bois

Résumé

Gérard (1996)

Pour répondre aux besoins de développement des pays des régions chaudes en bois de feu, bois de service ou bois de construction…, mais aussi pour protéger la forêt, il est indispensable de mieux utiliser la diversité des produits forestiers et d’en améliorer sensiblement la valorisation : suivant cet objectif, le CIRAD-Forêt a créé une base de données fiable et interactive sur les propriétés technologiques de référence de ces produits.

La base de données est structurée comme suit :

  • Une première table générique reprend l’ensemble des caractéristiques descriptives des grumes : densité du bois vert, taux d’humidité, diamètre, épaisseur….
  • Les autres tables de données de la base se rapportent aux domaines suivants :
    • Anatomie des bois.
    • Propriétés physiques et mécaniques.
    • Usinabilité.
    • Durabilité naturelle et imprégnabilité.
    • Composition chimique.
    • Propriétés thermochimiques.

Cette base de données est actuellement disponible pour les chercheurs du CIRAD-Forêt. Dans la base de données espèces, nous avons pu intégrer des données concernant la durabilité naturelle et l’imprégnabilité ainsi que la densité des bois.

Gérard (1998)

La résistance des bois aux champignons est déterminée sur des échantillons de dimensions normalisées mis en présence de souches de champignons dans des conditions ambiantes contrôlées. Ces essais durent plusieurs mois. L’intensité de l’attaque des champignons, et par conséquent la résistance naturelle des bois, est quantifiée par la perte de masse des échantillons à laquelle est appliquée un coefficient correcteur dépendant de l’humidité des bois. La résistance des bois est testée sur 4 souches de champignons. Le protocole expérimental de cet essai est défini dans la norme EN 113. La norme NF EN 350-1 définit des classes de durabilité naturelle du bois vis-à-vis des champignons lignivores, chaque classe correspondant à un niveau de durabilité.

Résistance naturelle aux champignons

La résistance des bois aux champignons est déterminée sur des échantillons de dimensions normalisées mis en présence de souches de champignons dans des conditions ambiantes contrôlées. Ces essais durent plusieurs mois. L’intensité de l’attaque des champignons, et par conséquent la résistance naturelle des bois, est quantifiée par la perte de masse des échantillons à laquelle est appliquée un coefficient correcteur dépendant de l’humidité des bois. La résistance des bois est testée sur 4 souches de champignons. Le protocole expérimental de cet essai est défini dans la norme EN 113. La norme NF EN 350-1 définit des classes de durabilité naturelle du bois vis-à-vis des champignons lignivores, chaque classe correspondant à un niveau de durabilité.

Résistance naturelle aux termites

Les conditions de détermination de la résistance des bois aux termites sont analogues à celles de la résistance aux champignons. Des échantillons de dimensions normalisées sont mis en présence de termites. L’intensité de l’attaque des termites, et par conséquent la résistance naturelle des bois, est quantifiée à partir de l’appréciation de la profondeur de pénétration des termites dans l’échantillon. Le protocole expérimental de cet essai est donné dans la norme EN 118 ; il conduit à obtenir une échelle d’attaque de 0 à 4.

Imprégnabilité

L’imprégnabilité d’un bois correspond à son aptitude à être imprégné par un produit de préservation. La norme NF EN 350-2 définie 4 classes d’imprégnabilité.

Fournier (2003)

Ce cours du module FTH (ENGREF Kourou) a permis de définir les différentes classes de risque des bois.


Visiteur anonyme

Envoyer un message
Dernière mise à jour le 28/02/2011